BIOGRAPHIE

"Explorer la temporalité à travers la mémoire-trace liée à la transmission et vivre sa place au monde. Photographe professionnelle depuis près de 30 ans, je suis engagée dans les domaines du social, la condition féminine, la santé, la recherche et l'environnement avec une dimension sociologique.

La photographie est pour moi le médium privilégié pour développer un art "populaire" qui permet l'échange de "point de vue" et ainsi tenter de prendre pleinement sa place au monde.

A travers la la représentation du (de son) corps ( touché par la maladie et/ handicap) ainsi tenter de transformer le regard sur soi et celui des autres".

On dit que mon travail est protéiforme où l'humain ou la place du vivant dans sa représentation du corps, de l'empreinte-trace laissés dans un espace temps de pose et de pause. 

Aujourd’hui, enrichie de mon expérience dans diverses branches de la photographie : la presse spécialisée ( Emap International Magasine), la mode ( photographe de plateau notamment avec Peter Lindberg, Mario Testino…) avec un passage au service photo chez Vogue Paris ( Véronique Damagnez), photo-journalisme, documentaire, studio ( notamment avec la presse spécialisée), mais aussi en tant qu’intervenante d’ateliers de création photographique en milieu scolaire et associatif, elle poursuit son travail d’autrice qui reste au coeur de sa pratique : la recherche esthétique et la création. 

J'ai à coeur d'utiliser la photographie tel un lien humain où chaque image captée raconte une histoire quelque soit le sujet porté à mes yeux.  "Transmettre" à travers des ateliers artistiques par le biais de la photographie et de l'oralité (écriture). Je tente de mettre en lumière des sujets personnels à travers des expositions - installation, communication solidaire, apprivoiser son point de vue pour (et aux) les yeux des autres. La sémiologie et l'oralité (écriture) sont des versants essentiels pour prendre conscience de ce qui se joue dans une photo, à travers son regard et ceux des autres.

Au fil de mes rencontres, et en tenant compte de mes sujets de prédilections, engagée dans diverses associations...

Prendre sa place au monde.

Portraitiste, Djamila est une photographe engagée dans les domaines du social, du handicap, le malade de sa représentation du corps  dans  l’espace sociétal, de la condition féminine, de la transmission familiale, elle explore la façon dont la société accompagne et/ou  "traite" les situations dits sensibles de la place de l’Homme. L'image de soi et le regard des autres sont au cœur de son travail d'auteure.

Elle n’utilise pas la photographie comme un ersatz pour supporter les conditions d’une vie parfois chaotique.
Au contraire, la photographie reste au cœur de son action associative depuis plusieurs années.

Moi wix.jpg

Djamila Beldjoudi-Calin

Photographe Artiste-autrice

Née en 1973

Vit à Grigny (91)

Entre la France et l'Algérie 

Lauréate Prix « Femmes et Sport » sous l’égide ministère aux droits des femmes (2000)

[ PRENDRE SA PLACE AU MONDE ]

Djamila commence à photographier le monde qui l’entoure à 12 ans dans le quartier nord de Colombes (Hauts de Seine) où elle vit. Tels des personnages principaux d‘une pièce de théâtre, les habitants deviennent pour elle des acteurs interprétant le « rôle de leur vie »  dont « elle tire » le portrait en réalisant des tirages n&b dans le laboratoire du Centre culturel.

Son quartier, un morceau de village dans une ville, l’urbain, la diversité, la différence, le regard des autres notamment avec les enfants et la condition des femmes, commencent à former son univers… 


« J’ai rapidement compris l’impact d’une photographie dans l’inconscience collectif très tôt».

La magie qui continue d’opérer à travers les images latentes et les techniques de labo lui donne

 l’envie d’en faire son métier et se lance dans des études de photographie.

En témoignent ses nombreuses expositions (une trentaine), qu’elles soient commandées ou initiées par Djamila, elles naissent toutes d’une approche relativement longue avant d’être montées comme des installations dans des lieux très différents.

 

Djamila Beldjoudi-Calin est la première femme photographe à exposer au Parc des Princes (La touche féminine).

 

En résidence d’artiste pendant 5 ans avec Décorama «  Les Zef’s en 3 actes »  à Athis-Mons, elle réalise une  reconstitution d’un appartement grandeur nature dans une salle de 200 m2 et dans l’espace urbain/végétal au cœur d’un quartier en plein renouvellement urbain. Cette restitution avait pour but de faire changer le regard sur une cité urbaine en faisant participer les habitants.

 

« C’est en partie en me nourrissant de mes rencontres, de mes commandes photographiques et mes interventions dans des ateliers de création photographiques que j’aborde mon travail personnel. Les thèmes que j’explore où la notion de temporalité à travers la trace orale, écrite et la captation sonore sont des aspects importants de ma démarche. »

Membre et engagée auprès de divers instances relevant des maladies rares et du handicap rares, elle est co-fondatrice de l’association « Les SoliDad’s » : qui a pour but de sensibiliser le regard du grand public à la situation des enfants atteints de handicaps et de maladie rares dits « cas sans solution » et de celle des (jeunes) aidants familiaux. 

 

« Tisser du lien et partager des points de vue, ouvrir son regard pour explorer un autre monde-parallèle - de situations de vie méconnues, c’est  permettre une ouverture au débat autour de ces questions me semblent important à la fois en tant que maman concernée, passionnée et professionnelle de l’image. ».

Pour Djamila, la photographie reste le médium privilégier pour développer un art populaire et permettre une « circulation », une relecture d’une histoire collective, et peut être se ré-approprier une histoire personnelle, légitime.

Un point de rencontre, autour du questionnement sur la représentation du corps dans l’espace urbain,  ( le handicap, le malade, l’immigration, l’ exil de ses parents…), du regard sur soi et celui des autres.

Ainsi peut être de transformer ce regard afin de donner du sens au monde qui l' entoure. 

Ceci est un site en ( perpétuel ) construction.